Immobilier à Lyon : un premier semestre 2019 en forte hausse selon le Baromètre ORPI

Publié le

Le Baromètre ORPI, réalisé par le GIE ORPI Lyon sur la base des transactions immobilières réalisées par ses 60 agences sur le premier semestre 2019, révèle une hausse du prix au m2 de 8,4% à Lyon en un an. Et les tarifs continuent aussi de progresser à Villeurbanne, Vienne ou Villefranche-sur-Saône, notamment pour les maisons. Mais pour les experts ORPI, cette hausse cache sans doute une stabilisation des prix à court terme. Explications…

LYON
Une progression de 8,4 % mais une stabilisation des prix en vue

Les prix immobiliers dans l’ancien à Lyon intra muros ont progressé de 8,4 % sur le premier semestre 2019, par rapport au premier semestre 2018. Le prix du m2 atteint ainsi aujourd’hui en moyenne 4 664 euros sur l’ensemble de Lyon, contre 4 301 euros en juillet 2018. Une hausse significative qui n’étonne pas Cyril Imsissen, responsable des agences ORPI Côté Saône Immobilier (Lyon 9e), ORPI Immobilière Saint-Nizier (Lyon 2e) et ORPI Immobilière du Parc (Lyon 6e).
« On retrouve la même tendance qu’au premier trimestre 2019, où la progression des prix était d’un peu plus de 7%. Il y a très peu de variations entre les deux premiers trimestre de l’année, alors même que les taux des prêts immobiliers ont encore baissé ».

STABILISATION AU 3e TRIMESTRE
Pour Cyril Imsissen, cette progression constante soulignerait plutôt en creux « une stabilisation des prix sur le marché lyonnais ». « On sent bien que le rapport entre le vendeur et les acquéreurs se rééquilbre. Les acquéreurs sont un peu moins nombreux, ils se permettent même à nouveau de négocier. »
Le troisième trimestre, qui tombe en plein été, n’étant pas réputé pour être le plus actif, Cyril Imsissen penche pour « une stabilisation des prix sur cette fin d’année, même si on n’a aucune certitude sur le quatrième trimestre ». Mais le gérant des trois agences ORPI de Lyon se veut rassurant : « Une baisse des prix à Lyon est totalement exclue, en raison notamment du manque de biens disponibles ».


VILLEURBANNE
Des prix toujours en hausse mais ça commence à stagner

Avec une progression des prix au m2 de 8 % sur le premier trimestre 2019, le marché immobilier de Villeurbanne est parfaitement aligné sur celui de Lyon. Seule différence, il faut compter en moyenne sur l’ensemble de la ville 3 322 euros/m2, contre 3 089 euros/m2 il y a un an à la même époque. Mais le constat de Vanessa Georges, dirigeante de l’agence ORPI Cité Immo à Villeurbanne, est similaire.
« Aujourd’hui on constate, hormis pour les produits atypiques et coups de cœur, que les prix commencent à stagner pour les biens standards. Il y a toujours autant d’acquéreurs, mais le porte-monnaie n’est tout simplement pas extensible. »

7 JOURS POUR VENDRE UN BIEN
Vanessa Georges évoque notamment ces biens, proposés directement par des particuliers au-delà des prix du marché, mais qui ne se vendent pas depuis des mois… « Il est important de passer par une agence pour vendre son bien rapidement. Nos estimations sont fiables, même si elles ne plaisent pas toujours aux clients, mais le marché ne peut pas exploser indéfiniment », assure la gérante de l’agence immobilière.
Visiblement, les clients avisés ne s’y trompent pas. Le volume de transactions géré par l’agence ORPI Cité Immo est d’ailleurs en hausse de 20% sur le premier trimestre 2019, par rapport à 2018. « Les délais de vente sont devenus très courts : aujourd’hui en moyenne, on met 7 jours pour vendre un bien. Ça rentre et ça sort en permanence. Pour accompagner ce mouvement, nous avons intensifié nos recherches de biens », justifie Vanessa Georges.


VIENNE
La plus forte progression mais un marché dépendant de Lyon

Le prix/m2 à Vienne a augmenté de 10 % par rapport au premier semestre 2018. Une progression supérieure à celle de Lyon et Villeurbanne. Concrètement, le m2 dans l’ancien vaut désormais en moyenne 1 928 euros, contre 1 747 euros en juillet 2018 sur l’ensemble de Vienne. Des chiffres qui ne surprennent pas Philippe Copin, le gérant de l’agence ORPI Vienne.
« Nous sommes sur la même tendance de progression qu’au premier trimestre. Mais il faut nuancer, car l’agence a disposé de gros biens sur ce début d’année dont le prix moyen était plus important. Et puis c’est une moyenne globale, car il faut plutôt débourser 2 100 euros/m2 pour une maison. »

DES PRIX DÉJÀ STABILISÉS POUR CE MARCHÉ DE REPORT
Si Vienne bénéficie toujours de la dynamique lyonnaise, grâce à une liaison ferroviaire qui met la gare de Perrache à 17 minutes, les acquéreurs semblent, comme à Lyon, se montrer actuellement moins nombreux pour acquérir des biens, même si à l’inverse leurs projets sont plus aboutis.
« Nous ressentons déjà une certaine stabilité des prix, Vienne est un marché de report dépendant de Lyon, et les prix ne vont pas grimper outre mesure », poursuit Philippe Copin. Le responsable de l’agence ORPI Vienne s’attend d’ailleurs à un troisième trimestre « plus posé ». « Ensuite, difficile de s’exprimer sur la tendance de la rentrée ».


VILLEFRANCHE-SUR-SAÔNE
Un marché des maisons toujours très dynamique

Le Baromètre ORPI révèle des situations très contrastées à Villefranche, selon que l’on parle de prix dans l’ancien pour une maison ou pour un appartement. Pour ce dernier, il faut désormais débourser en moyenne 2 174 euros/m2, soit un prix en très légère baisse (-3 %) par rapport à juillet 2018, comme l’explique Cédric Moulin, le responsable de l’agence ORPI Direct Habitat à Villefranche.
« Beaucoup de constructions récentes ont été réalisées ces dix dernières années au centre de Villefranche, avec des prestations comme des ascenseurs, des terrasses ou des garages qui font défaut aux anciennes copropriétés. Conséquence, il y a plus d’offres que d’acquéreurs et les prix ont tendance à baisser. » Mais il y a peut-être aussi de bonnes affaires à réaliser…

LE PRIX DES MAISONS PROGRESSE DE 8%
A contrario, la situation est beaucoup plus positive pour le marché des maisons, qui progresse en moyenne de + 8%. Il faut désormais compter en moyenne 2 700 euros/m2 pour s’offrir à Villefranche et ses alentours, notamment le prisé village de Gleizé, une villa de 90 m2 avec un jardin de 300 m2. Voire plus de 3 000 euros/m2 pour une maison de lotissement située dans la périphérie ouest, par exemple dans les villages de Lacenas, Denicé ou Jarnioux. 
« Les prix pour ces maisons montent car la demande est très forte et les offres plutôt rares », témoigne Cédric Moulin. Pour le responsable de l’agence ORPI Direct Habitat à Villefranche, les délais de vente pour ce type de biens sont devenus « très rapides ». « Et avec le dynamisme de l’agglomération lyonnaise, je n’ai pas l’impression que la tendance va s’inverser. »

 

Immobilier à Lyon : un premier semestre 2019 en forte hausse selon le Baromètre ORPI