Le quartier Perrache-Confluence reste toujours aussi attractif

Publié le

Il y a trente ans, les Lyonnais n’imaginaient pas vivre derrière les voûtes de la gare Perrache. Avec l’émergence du quartier de la Confluence, le secteur attire de très nombreux nouveaux habitants, jeunes urbains comme séniors qui apprécient les commodités des copropriétés modernes. Au point que les prix dépassent parfois ceux du quartier d’Ainay comme l’explique Sophie Terdjman, la directrice de l’agence Orpi Immo Confluence.

C’est le quartier symbolique de la transformation de Lyon depuis 20 ans. Avec l’émergence du projet immobilier Confluence et ses bâtiments totems (cubes orange et vert, tour Ycone, musée des Confluences), à l’extrémité de la Presqu’île, c’est tout le secteur Perrache qui a retrouvé une seconde jeunesse.

La gare, le métro A qui mène à la station Hôtel de Ville, le tram qui va aussi bien à la Guillotière qu’à Debourg, le futur boulevard urbain qui rejoint l’A7 : le quartier est extrêmement bien connecté, ce qui participe à son attractivité, comme la présence toute proche du centre commercial de la Confluence, mais aussi de la Saône et du Rhône.

 

> LES PRIX DANS L’ANCIEN ONT TENDANCE À S’ALIGNER SUR CEUX DES PROGRAMMES NEUFS

Conséquence, la multiplication des programmes neufs à la Confluence a entraîné une inflation des prix de l’immobilier dans tout le secteur, Perrache compris, avec une progression de près de 30% depuis trois ans.

« Ceux qui habitent le quartier de longue date ont tendance à aligner le prix de leur bien dans l’ancien sur celui du neuf. Il y a une forme d’étourdissement, en dehors de la réalité du marché, ce qui a pour effet d’allonger les négociations avec les vendeurs. D’où l’importance de passer par une agence Orpi, qui sera mieux à même d’établir le vrai niveau de prix d’un appartement», souligne Sophie Terdjman, la directrice d’Orpi Immo Confluence.

 

> UNE DIFFÉRENCE DE PRIX NÉANMOINS ENTRE LES IMMEUBLES ANCIENS ET LES MODERNES

Car dans la réalité du marché, l’éventail de prix reste assez large, avec une grosse différence de prix au m2 entre les immeubles années 20 du secteur de la gare et les immeubles flambant neuf construits autour de la place François-Mitterrand, où siège le bâtiment de la Région Auvergne Rhône-Alpes.

Dans le secteur de la gare, quelques biens très anciens, nécessitant une rénovation totale, peuvent partir autour de 3 500 euros/m2. Les tarifs atteignent 5 à 6 000 euros/2 pour le secteur Sainte-Blandine, pour les appartements avec un extérieur ou un garage, car il est compliqué de stationner dans le coin. Quant aux programmes neufs de la Confluence, construits depuis le début des années 2010, il faut compter entre 6 500 et 7 000 euros/m2, voire plus pour les biens exceptionnelles avec grandes terrasses et parking.

 

> SAINTE-BLANDINE, UN SECTEUR CENTRAL À MI-CHEMIN DE LA GARE ET DU CENTRE COMMERCIAL

Autour de l’église Saint-Blandine et de son arrêt de tramway, le secteur est en pleine transformation. C’est un coin assez idéal, à mi-chemin de la gare et du centre commercial, où les petits commerces commencent à s’installer le long du cours Charlemagne.

Cet appartement de 66 m2 de la rue Smith, à deux pas de l’église, avec deux chambres, un balcon et un parking en sous-sol, a été cédé en une journée par l’agence Orpi Immo Confluence au prix de 360 000 euros.

Toujours dans le secteur Saint-Blandine, ce T3 de 65 m2 entièrement refait à neuf bénéficiant de deux balcons, situé au troisième étage avec ascenseur d'une copropriété bien entretenue et bénéficiant en plus d’un parking extérieur, est actuellement proposé à  370 000 euros.

Les prix peuvent même grimper pour les résidences respectant les contraintes environnementales (notamment la performance énergétique) construites durant la dernière décennie, qui sont très recherchées. Dans cette copropriété de 2015 située rue Bichat, ce T2 de 48 m2 avec terrasse de 15 m2 a été vendu 327 000 euros, après négociations, par l’agence Orpi Immo Confluence.

 

> LES INVESTISSEURS S’INTÉRESSENT AUX PETITES SURFACES

Les investisseurs sont également à l’affût de petites surfaces, très recherchées dans le quartier depuis l’arrivée les centaines d’étudiants de l’Université Catholique de Lyon, qui a investi les anciennes prisons de Perrache. Par exemple, Orpi Immo Confluence vient de vendre un studio de 18 m2 entièrement refait à neuf, situé cours Charlemagne, au prix de 140 000 euros.

 

> LE QUAI PERRACHE VA S’APAISER AVEC L’ARRIVÉE DU BOULEVARD URBAIN

L’entrée de Lyon va se transformer d’ici 2030 en devenant un boulevard urbain rythmé par des feux rouges mais aussi longé d’une voie verte et cyclable. Objectif : passer de 115 000 véhicules à 50 000 par jour.

C’est donc le moment de jeter un œil du côté du quai Perrache, comme le font actuellement les investisseurs. Ce T4 de 127 m2, avec grand séjour, trois chambres et une grande terrasse offrant une superbe vue sur le Rhône, s’est vendu 550 000 euros, soit 4 300 euros/m2. Même s’il était entièrement à rénover, cela reste plutôt raisonnable vu les prix du quartier.

 

> LES PRIX MONTENT HAUT À MESURE QUE L’ON S’APPROCHE DE LA DARSE DE LA CONFLUENCE

Mais à mesure que l’on se rapproche de la darse et du centre commercial de la Confluence, les prix de l’immobilier semblent imiter la courbe des immeubles, en montant très haut dans le ciel. Situé devant le stade Sonny-Anderson, dans une belle copropriété qualitative et récente, ce T3 aux allures de maisonnette donnant sur le jardin arboré de la résidence mais bénéficiant d’une terrasse privative, a été commercialisée 399 000 euros par Orpi Immo Confluence.

Rue Casimir-Périer, à une cinquantaine de mètre de la darse, ce T2 traversant de 50 m2, avec terrasse de 11 m2, installée dans une résidence labellisée (contraintes environnementales, jardin partagé, ruches d’abeilles) est lui parti à 380 000 euros.

 

> DES PRODUITS PARFOIS EXCEPTIONNELS EN PLEIN CŒUR DE LA CONFLUENCE

Toujours dans le même secteur, du côté du jardin d’Erevan, ce T3 de 73 m2 bénéficiant d’un extérieur de 42 m2 (avec terrasse couverte et coin jardin de 24 m2 sans vis à vis), a été cédé récemment par l’agence Orpi Immo Confluence au prix de 465 000 euros. Un appartement similaire valait moins de 420 000 euros il y a deux ans.

Dans la résidence Hikari, la première à énergie positive de France qui est également équipée de domotique dernière génération, cet appartement de haut standing de 93 m2, bénéficiant d'une belle terrasse exposée plein sud de 21 m2 surplombant la place nautique sans vis à vis, a été commercialisé 645 000 euros par Orpi Immo Confluence.

Quant à ceux qui rêvent d’habiter dans un duplex en dernier étage d’un des immeubles jouxtant la darse, il faut savoir qu’un appartement de 140 m2 avec belles prestations (loggia, dressing, douche à l’italienne…), ne se négocie pas aujourd’hui à moins de 900 000 euros.

Et si vous préférez investir dans le neuf, Bouygues Immobilier construit actuellement un programme neuf qui sera livré en 2022. Ce T4 avec loggia de 10 m2, offrant une superbe vue sur Lyon, cave et parking, sera commercialisé par Orpi Immo Confluence au prix de 586 000 euros.

Le quartier Perrache-Confluence reste toujours aussi attractif