Peut-on encore trouver une maison à Montchat à moins de 500 000 euros ?

Publié le

Situé entre la Part-Dieu et les hôpitaux de Lyon, Montchat est un quartier village extrêmement recherché pour ses maisons de caractère. Mais l’offre est rare, et il ne faut pas hésiter à se replier sur le 8e arrondissement, autour de Grange Blanche et Bachut, un peu plus au Sud, ou vers Les Essarts, à l’entrée de Bron, pour trouver son bonheur…

MONTCHAT RECHERCHÉ POUR SON ESPRIT FAMILIAL

Montchat est à l’image de la Croix-Rousse, un quartier village au cœur de Lyon, très recherché pour son charme, son esprit de famille, ses parcs Bazin et Chambovet. Sa vie commerçante est également dynamique, le long des cours Docteur-Long et Richard-Vitton, rythmée aussi par les deux marchés hebdomadaires de la place du Château. Mais Montchat est surtout recherché pour ses maisons bourgeoises construites au début du XXe siècle, même si l’on trouve aussi des résidences mitoyennes plus contemporaines. Reste que les offres sont très rares et disparaissent aussi vite qu’elles apparaissent.

 

VIVEMENT CONSEILLÉ DE PASSER PAR UNE AGENCE

Alors pour trouver une maison à Montchat, un bon conseil : passez par une agence immobilière, qui seule sera à même de dénicher le bien de vos rêves. « Il faut effectivement s’identifier auprès de notre agence pour mettre toutes les chances de son côté, car nous sommes présent sur le terrain tous les jours, et informé en amont des projets de vente », assure Virginie Petit, la responsable de l’agence ORPI Montchat Immobilier. A noter que le quartier est désormais relié au réseau de tramways et métros de Lyon avec le T6, qui sera disponible à partir de décembre 2019 à l’Hôpital Femme Mère Enfant (HFME), au sud du parc Chambovet.

 

AU MOINS 750 000 EUROS POUR UNE MAISON BOURGEOISE

Pour une belle maison bourgeoise du début du siècle, d’une surface de 140 à 180 m2, il faut compter au minimum 750 000 euros et les prix peuvent monter au-delà du million d’euros. L’agence ORPI Montchat Immobilier a vendu cet été une charmante maison individuelle et lumineuse dans le style art déco des années 30, d’une surface de 190 m2 sur trois niveaux, avec terrasse et parcelle de 330 m2, pour 780 000 euros. Et une maison de 190 m2 des années 20 située rue Roux-Soignat, au sud du cours Docteur-Long, avec jardin, garage et caves, est partie à 850 000 euros. « La rareté fait le prix », estime Virginie Petit, la responsable de l’agence ORPI Montchat Immobilier.

 

SURFACES RÉDUITES POUR UN BUDGET AUTOUR DE 500 000 EUROS

Pour un budget compris autour de 500 000 euros, il faudra se contenter d’une maison mitoyenne plus contemporaine, ou d’une surface habitable réduite. L’agence ORPI Montchat Immobilier a trouvé début octobre un acquéreur pour une maison de 78 m2 des années 30 avec un jardin de 350 m2, située rue Omer-Louis tout près de l’arrêt de métro Grange-Blanche, qui a investi 559 000 euros.

 

MONPLAISIR COURTISÉ POUR SES COMMERCES ET SON MÉTRO

Autre quartier tour proche et très recherché pour ses maisons, Monplaisir. Autour de la très commerçante Avenue des frères Lumière où s’arrête le métro, les villas disponibles sont pourtant rarissimes et très demandées. « Du coup les prix montent très haut, entre 5 500 et 6 000 euros/m2. Et même à ces tarifs, les biens partent très vite », analyse Marie Defournel-Bidault, la responsable de l’agence Orpi Monplaisir. Conséquence, difficile de trouver une maison à moins de 500 000 euros. L’agence vient par exemple de vendre récemment une maison de 170 m2 à 950 000 euros, soit environ 5 600 euros/m2.

 

UNE MAISON AUTOUR DE 500 000 EUROS AU BACHUT

Pour trouver un bien autour de 500 000 euros, il faut regarder un peu plus au Sud, du côté du Bachut, près de la Maison de la Danse. L’agence Orpi Monplaisir a vendu il y a quelques semaines une maison des années 60 de 140 m2 avec une parcelle de 400 m2, au prix de 509 000 euros. Ce qui fait 3 600 euros/m2, mais tout était à refaire. « Dans cette partie du 8e, il est plus facile de trouver un bel appartement avec terrasse ou balcon », assure Marie Defournel-Bidault. Un T2 de 33 m2, dans une copropriété récente de la rue Jacqueline-Auriol, à deux pas du métro Laënnec, vient de partir à 145 000 euros, soit 4 300 euros/m2. 

 

DE BEAUX APPARTEMENTS DU CÔTÉ DE SANS SOUCI

Autre quartier recherché pour ses beaux appartements, le quartier Sans Souci, au nord de Monplaisir. L’agence Orpi Monplaisir vient de vendre rue Henri-Pensier, à deux pas du métro Sans Souci, un T4 de 80 m2 à rénover avec garage, dans un immeuble des années 90, à 410 000 euros, soit 5 125 euros/m2. Dans la rue Saint-Nestor toute proche, un beau T3 transformable en T4 dans un immeuble des années 70, d’une surface de 94 m2 à rénover mais avec garage, est parti à 430 000 euros.

 

MAIS GRANGE-BLANCHE RESTE UNE OPTION INTÉRESSANTE

Dans cette partie du 8e arrondissement, le quartier Grange-Blanche, qui héberge les grands hôpitaux lyonnais, reste une option intéressante, même si là encore les maisons à moins de 500 000 euros restent rares. Côté appartements, l’agence Orpi Monplaisir a récemment vendu un T3 de 52 m2 refait à neuf, dans le passage des Alouettes, au sud du Centre Léon-Bérard, à 225 000 euros. Et l’agence dispose actuellement d’un T4 de 115 m2 avec deux balcons et un garage, au pied de l’hôpital Edouard-Herriot, mis à prix 420 000 euros, soit 3 600/m2.

 

LES MAISONS DES ESSARTS TRÈS RECHERCHÉES

Autre secteur apprécié des Lyonnais en quête de maisons, celui des Essarts à Bron. Situé à proximité des Galeries Lafayette, de Monplaisir et du Metro Pinel, ce quartier est devenu recherché pour sa proximité avec Lyon. Les prix sont plus doux qu’à Montchat ou Monplaisir : pour une maison de 110 m2 avec un terrain de 400 m2, il faut compter 450 à 500 000 euros. Et certains biens, avec de grands terrains de 800 m2, peuvent se négocier 600 à 700 000 euros. Mais les maisons bourgeoises de 180 à 200 m2 habitables dépassent régulièrement le million d’euros. « L’arrivée en décembre 2019 du tramway T6 le long du boulevard Pinel devrait accentuer l’attractivité de cette zone recherchée, de par sa proximité des commodités », assure Alban Berthet, le responsable de l’agence ORPI Bron Roosevelt Immobilier.

 

PAS MAL DE TRAVAUX À MOINS DE 500 000 EUROS

Reste qu’il est difficile de trouver une maison à moins de 500 000 euros, à moins d’engager une importante rénovation. L’agence ORPI Bron Roosevelt Immobilier a vendu récemment une villa de 110 m2, avec une parcelle de 400 m2, pour 350 000 euros. Mais il fallait ajouter 170 000 euros de travaux… Dans le même ordre d’idée, une maison de 127 m2 située rue du Verdier, tout proche du bois des Essarts, avec un terrain de 570 m2 mais nécessitant de gros travaux, est partie à 450 000 euros. A l’inverse, un charmant pavillon de 115 m2, entièrement refait à neuf, a lui été acquis pour 550 000 euros.

 

DES APPARTEMENTS AUX ESSARTS PLUS ABORDABLES

Reste que les maisons, même dans ce secteur, sont très rares. Et qu’il est recommandé de regarder également du côté des appartements. « Même si ce sont des barres des années 60, c’est très intéressant pour des investisseurs car le secteur se loue très bien : on peut compter sur un loyer de 850 à 900 euros pour un T3 », précise Mickaël Bonin, le responsable commercial de l’agence ORPI Bron Roosevelt Immobilier. Le prix au m2 est compris entre 2 000 et 2 500 euros, pour un produit à rénover, et peut monter jusqu’à 2 700 euros, voire plus, pour un bien coup de cœur. L’agence dispose ainsi actuellement d’un T4 lumineux et traversant de 112 m2, avec parquet chevrons et balcons. Situé au pied du trajet du futur T6, cet appartement est proposé à 370 000 euros. 

Peut-on encore trouver une maison à Montchat à moins de 500 000 euros ?