Que disent les suppléments immobiliers du marché lyonnais ?

Publié le

Comme chaque fin d’été, la plupart des news magazines font leur « une » sur le marché immobilier français, avec un zoom sur Lyon et son agglomération. Voici ce qu’il faut retenir des enquêtes de Capital et de L’Express, qui confirment les tendances relevées par les baromètres ORPI de mars et juillet…

C’est écrit en gros sur la couverture de L’Express : « Lyon, l’emballement ». Pour l’hebdomadaire, qui consacre cette semaine un supplément de 16 pages aux 9 arrondissements de Lyon, « l’offre se raréfie et les prix, en nette hausse depuis deux ans, sont de plus en plus dissuasifs pour les candidats à l’achat ». 

 

Plus de 4 500 euros/m2 à Lyon selon L’Express

Confirmant les tendances soulignées par les baromètres ORPI de mars et juillet 2019 ainsi que l’analyse portée par les experts ORPI depuis des mois, L’Express évoque « une pénurie de logements sans défaut proposés au juste prix. » Selon le magazine, la moyenne dans l’ancien en bon état à Lyon « dépasse désormais les 4 500 euros/m2 ». A noter que ce prix médian est basé sur les chiffres fournis par les notaires du Rhône au 31 mars dernier. A titre de comparaison, le baromètre ORPI de juillet 2019, basé sur l’ensemble des ventes réalisées au premier semestre 2019, évaluait lui le prix moyen du m2 à Lyon à 4 664 euros.

 

Prospecter à l’ouest des 5eet 9earrondissements

Pour L’Express, le prix du m2 atteint même 4 900 euros pour l’immobilier neuf. Conséquence, « le nombre des transactions est en baisse à Lyon comme dans sa périphérie ». « Trop cher ? » interroge même le newsmagazine. Non, répond un intervenant qui estime que « la fourchette des prix reste très large » selon le quartier, l’état du bien… L’hebdomadaire incite pourtant les budgets serrés à prospecter « à l’ouest des 5eet 9earrondissements, au sud du 7e ». Car même le cœur de cet arrondissement commence à grimper sérieusement : selon le magazine, c’est le 7equi connaît à Lyon la plus forte progression de ses prix en un an (11,9%), devant le 2e(10,2 %) et le 9e(10,1%).

 

Dans l’agglomération, la plus forte progression à Brignais

Pour ce qui concerne l’agglomération, le tableau publié par L’Express sur le prix au m2 des appartements de toutes les villes révèle que la plus forte progression annuelle concerne Brignais, où les prix ont augmenté de 15,1 %, devant Brindas (11,6 %), Saint-Genis-Laval (10,6 %) et Neuville-sur-Saône (9,9 %). A Villeurbanne, toujours selon L’Express, la progression atteint globalement 5,9 %. Avec de grandes disparités selon les quartiers puisque Cusset, Einstein-Salengro, Grandclément, Léon-Blum et la Perralière progressent tous de plus de 12%. Enfin, côté maisons anciennes, on constate que c’est toujours à Brignais que les tarifs ont le plus progressé en un an (15,1 %), devant Feyzin (14,9 %), Oullins (14,5 %) et Brindas (14,1 %).

 

Pour Capital, Lyon bientôt deuxième ville de France

Le magazine Capital consacre de son côté trois pages au marché immobilier lyonnais. « Lyon est en passe de reconquérir son titre de deuxième ville la plus chère de France, devant Bordeaux », affirme le mensuel qui retient notamment « un spectaculaire rattrapage dans les quartiers excentrés ». En particulier dans le 7earrondissement, confirmant les chiffres de L’Express mais aussi l’analyse des experts ORPI. 

 

La Presqu’île, Valmy et Clos-Jouve en vedette

Capital souligne d’ailleurs la pénurie des biens, notamment dans la Presqu’île, où ils sont tellement rares « que de nombreuses ventes se signent en deux jours ». Il évoque également le « fort rattrapage » du quartier Valmy (Lyon 9e), à proximité du tunnel doux, et assure que le quartier Clos-Jouve, à l’est de la Croix-Rousse, joue « le rôle de challenger inattendu » dans l’arrondissement. A moins que les travaux de réhabilitation de la place, qui sera transformée en jardin ouvert, n’aient commencé à attirer certains acheteurs.

 

Les grandes villes de la région au crible

A noter que le mensuel économique consacre également une dizaine de pages plutôt détaillées à l’immobilier de plusieurs grandes villes de la région Auvergne-Rhône-Alpes. Si le prix/m2 reste stable à Annecy, Chambéry ou Roanne, il est en progression à Bourg-en-Bresse, Clermont-Ferrand, Saint-Etienne, Valence et Chamonix. A l’inverse, les prix ont tendance à baisser à Grenoble et Thonon-les-Bains.

 

Villefranche-sur-Saône également en hausse

Capital note enfin une hausse des prix à Villefranche-sur-Saône de 6% en un an, le marché bénéficiant « outre d’un effet rattrapage, de la forte inflation dans Lyon ». Le magazine conclut en rappelant que « l’aura des villages aux maisons de pierres dorées, tels Pommiers ou Limas, ne se ternit pas ». Un coin du Beaujolais où les maisons de caractère « peuvent atteindre 500 000 euros ».

Que disent les suppléments immobiliers du marché lyonnais ?