Saint-Genis-Laval, des locations recherchées au milieu d’une campagne élégante

Publié le

Ancien lieu de villégiature des familles bourgeoises d’AInay, Saint-Genis-Laval a conservé une attractivité qui devrait décupler avec l’arrivée en 2023 du métro B aux Hôpitaux Sud, à 1 km de son centre-ville. Ce qui rend le marché de la location dynamique, comme l’explique Florence Badoil, la gérante de Orpi Badoil Immobilier à Saint-Genis-Laval.

UNE PETITE VILLE ACCESSIBLE ET TRÈS BIEN ÉQUIPÉE EN SERVICES

Située entre Oullins et Brignais, Saint-Genis-Laval est désormais une ville de 21 000 habitants très accessible en terme de transports avec pas moins de six lignes TCL, des stations Velo’v et à partir de 2023 le métro B avec la station Saint-Genis-Laval Hôpitaux Sud. Les autoroutes A7 et A450 sont également à quelques kilomètres. C’est également une cité dynamique avec de nombreuses associations, des parcs, des gymnases, un cinéma, une médiathèque…

« Il y a également de nombreux commerces de proximité, des restaurants, notamment sur l’avenue Clémenceau, et la galerie marchande du centre commercial a été entièrement rénovée en 2019 »,souligne Florence Badoil, la responsable de l’agence Orpi Badoil Immobilier à Saint-Genis-Laval. Sans compter évidemment une campagne élégante qui attirait dans le passé la bourgeoisie d’Ainay.

 

DES SENIORS AUX ÉTUDIANTS EN MÉDECINE, SAINT-GENIS-LAVAL ATTIRE UNE POPULATION HÉTÉROCLITE

Des atouts qui rendent Saint-Genis-Laval attractive aux yeux d’une population très hétéroclite, des séniors qui apprécient son centre-ville aux familles avec enfants, et même de nombreux étudiants en médecine qui fréquentent les hôpitaux Sud. En quatre ans, les loyers ont d’ailleurs augmenté de 12% dans certaines résidences.

Cette demande soutenue, qui participe à faire de Saint-Genis-Laval une ville plus cotée que ses voisines, n’a pas échappé aux investisseurs qui apprécient cette diversification des profils de locataires. L’agence Orpi Badoil Immobilier a d’ailleurs été énormément sollicitée en sortie de confinement pour des maisons ou appartements en pleine verdure. Mais si on trouve tous types de biens, de standing à loyer modéré, les grandes surfaces restent rares.

 

LES APPARTEMENTS DU CENTRE-VILLE SONT RECHERCHÉS, SURTOUT QUAND LE LOYER EST PLAFONNÉ…

Les appartements proches du centre-ville sont évidemment très recherchés, notamment par une population âgée qui apprécie la proximité de toutes les commodités. Comme cette résidence Harmonie Nature de 2018 en parfait état, où l’on trouve des appartements avec garage, balcon et loyers plafonnés, dans le cadre de la loi Pinel, entre 725 € et 820 € (hors garages). Ce T3 de 58 m2 avec belle terrasse ouest est ainsi loué 818 euros/mois par l’agence Orpi Badoil Immobilier.

 

DES RÉSIDENCES ANNÉES 70 ENTRETENUES ET TOUTES PROCHES DU CENTRE-VILLE

Autour du centre-ville, on trouve aussi des résidences années 70, souvent très bien entretenus, proches des commodités et des transports en communs. Comme la résidence Rose l’Haye située sur l’avenue Clémenceau, bénéficiant d’un parc arboré qui plaît autant aux séniors qu’aux enfants, où un appartement de 70 m2 avec cave et balcon se loue autour de 850 euros/mois. Le loyer peut même monter à 890 euros pour un bien entièrement rénové.

Dans cette autre résidence Bellevue située rue des Collonges, ce T4 de 74 m2 avec balcon, loggia, cave et parking privatif est loué par l’agence Orpi Badoil Immobilier 890 euros/mois. A noter pour les propriétaires : les logements remis au goût du jour se louent très bien car leur configuration intérieure est tout à fait adaptée à la demande actuelle. Une jolie rénovation et le loyer peut augmenter d’une centaine d’euros…

 

UNE GROSSE DEMANDE POUR LES REZ-DE-JARDIN DEPUIS QUELQUES MOIS

C’est sans doute l’effet du confinement, mais la demande pour les rez-de-jardin en location, déjà forte en temps normal, fait désormais de ces biens une denrée rare dans le secteur. Ce T4 de 85 m2 avec deux chambres, situé en rez-de-jardin de 60 m2 d’une résidence calme de l’avenue Foch, à deux pas du centre-ville, sans vis à vis avec un parking privatif, est loué 915 euros/mois par Orpi Badoil Immobilier.

 

LES GRANDES SURFACES DE STANDING SONT ÉGALEMENT RARES

Compliqué à Saint-Genis-Laval de trouver de grands appartements de standing en très bon état à louer. Surtout quand ils sont idéalement placés et sans vis à vis… L’agence Orpi Badoil Immobilier a eu la chance de louer récemment cette belle surface avec grande terrasse, dans le secteur du Putet tout proche du centre-ville, et de trouver un locataire avant même toute publicité…

 

DES MAISONS DE STANDING À LOUER SUR LES HAUTEURS AUTOUR DU CHEMIN MOLY

Pour la location d’une maison, les biens étant rarissimes en centre-ville, il vaut mieux privilégier le très paisible chemin de Moly, plus au nord entre Oullins et Saint-Genis-Laval, qui est parsemé de biens parfois exceptionnels. Autour du collège privé Saint-Thomas d’Acquin, les maisons de lotissement sont très recherchées.

Orpi Badoil Immobilier vient de louer cette grande maison de standing moderne de 119 m2, posée sur un écrin de verdure de 2 000 m2, à 1 700 euros/mois. « Les propriétaires sont parfois inquiets de trouver des locataires pour ces grandes surfaces, alors que la demande reste forte de la part de nombreuses familles recomposées ou de cadres en mission à Lyon pour quelques années », remarque Florence Badoil.

 

LES MAISONS À LOYER PLAFONNÉ DU SECTEUR BARON CHAURAND TROUVENT TOUJOURS PRENEUR

Dans cette rue sise au sud du centre-ville, on trouve également quelques maisons construites en 2010 à loyers plafonnés. Mensualité abordable, bonne situation et parfait état : ces biens rares trouvent toujours un locataire. Cette maison de 110 m2 sur 300 m2 de terrain clos avec belle terrasse et trois chambres à l’étage, vient d’être louée 1 315 euros/mois par Orpi Badoil Immobilier.

 

LES PETITES SURFACES PROCHES DES HÔPITAUX SUD RECHERCHÉES PAR LES ÉTUDIANTS EN MÉDECINE

Les investisseurs qui ont misé sur de petites surfaces à Saint-Genis-Laval ont eu raison. Notamment dans les petites résidences proche des hôpitaux Sud, à la limite d’Oullins mais proches du réseau TCL et bientôt du métro, que recherchent les étudiants en médecine ou les jeunes salariés. 
Allée Marie-Antoinette, cette résidence héberge huit studios meublés, parfois avec balcon ou terrasse, mais aussi local commun pour les vélos et buanderie commune équipée (lave-linge, aspirateur, planche et fer à repasser). Un type de location très recherché : le loyer de ce studio de 22,50 m2, disposant d’un jardinet privatif, est de 498 euros/mois.

Saint-Genis-Laval, des locations recherchées au milieu d’une campagne élégante