Tous les signaux sont au vert pour le marché de l’immobilier de Lyon et la région lyonnaise après les deux mois de confinement

Publié le

Les 63 agences Orpi du GIE de Lyon et la région lyonnaise tirent un bilan finalement positif de ce premier semestre 2020. Après deux mois de confinement, vendeurs et acquéreurs n’ont jamais été aussi nombreux. Le marché immobilier lyonnais se porte bien, connaissant même une légère progression des prix de 2 à 3% selon les secteurs. La preuve à Lyon, Chassieu, Vienne et Villefranche-sur-Saône avec les experts Orpi.

 

LES AGENCES ORPI DE LYON ONT ENREGISTRÉ DEUX FOIS PLUS D’ACQUÉREURS DEPUIS LE 12 MAI QUE D’ORDINAIRE

« On connaît une très forte hausse d’activité depuis le mois de mai. L’état du marché est bon. » Cédric Moulin, le président du GIE Orpi de Lyon tire un bilan très positif de l’état du secteur de l’immobilier à Lyon et son agglomération sur ce premier semestre 2020. Pas vraiment une surprise pour la plupart des responsables des agences Orpi de l’agglomération, qui s’attendaient dès la fin du confinement à une reprise active du marché.

Et tous les signaux sont au vert, révélateurs du très bon comportement de l’immobilier à Lyon en cet été 2020. Les 63 agences Orpi du GIE de Lyon ont ainsi enregistré près de 17 000 nouveaux acquéreurs depuis le 12 mai en à peine un mois et demi, alors que la moyenne mensuelle tourne habituellement autour de 5 000. En clair, c’est deux fois plus d’acheteurs que d’habitude.

 

LES VENDEURS ONT CONFIANCE : PRÈS DE 50 % DE DEMANDES D’ESTIMATIONS SUPPLÉMENTAIRES RÉALISÉES EN JUIN PAR LES AGENCES ORPI

Les vendeurs sont également très actifs, puisque les agences Orpi du GIE de Lyon ont réalisé 2 200 estimations sur le seul mois de juin, contre 1 500 en temps ordinaire, soit une progression de 46 %.

Et près d’un millier étaient déjà en préparation pour la seule première semaine de juillet. La preuve de la confiance des vendeurs. Résultat, les agences Orpi de Lyon et la région lyonnaise ont enregistré une augmentation de 27 % d’entrées de mandats. Dont 67 % de mandats exclusifs rien que pour le mois de juin, ce qui est colossal.

 

« LES LYONNAIS ONT UNE VRAIE APPÉTENCE POUR L’IMMOBILIER CAR C’EST UN SECTEUR TOUJOURS GAGNANT DANS NOTRE AGGLOMÉRATION »

Evidemment, ce léger boom du marché immobilier lyonnais s’explique à la fois par la finalisation des projets qui étaient sur le point d’aboutir avant le 15 mars, et les nouvelles envies liées aux deux mois de confinement, ce qui est notamment le cas des Lyonnais privés de terrasse ou de jardin.

« Bien sûr qu’il y a eu un cumul de tous ces facteurs. Mais je crois aussi que les Lyonnais ont une vraie appétence pour l’immobilier et qu’ils ont compris ce secteur était toujours gagnant dans notre agglomération », ajoute Cédric Moulin.

 

LE PRIX DE L’IMMOBILIER AUGMENTE EN MOYENNE DE 2 À 3% DANS LES 63 AGENCES DE LA RÉGION LYONNAISE

Avec quelles conséquence sur le prix au m2 ? Sur la moyenne des 63 agences Orpi du GIE de Lyon, la valeur moyenne d’un bien vendu en juin atteint 282 000 euros sur la région lyonnaise, contre 250 000 sur la période de janvier à avril. Soit une progression de 12 %.

Cette augmentation du prix moyen sur l’ensemble des 63 agences Orpi est toutefois à nuancer, en raison notamment de la vente sur une courte période de nombreux biens de prestige, avec jardins et parfois piscine, pour lesquels les agences Orpi sont très sollicitées. Néanmoins, il démontre une légère augmentation des tarifs au m2, qui serait en moyenne de l’ordre de 2 à 3% selon les agences et les secteurs.

 

À LYON, LE MARCHÉ DE L’IMMOBILIER SE STABILISE MAIS DEVRAIT RESTER DYNAMIQUE TOUT L’ÉTÉ

A Lyon, Cyril Imsissen, qui dirige cinq agences Orpi dont Côté Saône Immobilier, retient d’abord que « les prix de l’immobilier se maintiennent ». 

« Il n’y a pas de vraie différence avec les tarifs pratiqués au début de l’année 2020, avant la période de confinement. Certains vendeurs ont eu parfois tendance à rehausser les tarifs à la sortie, mais après négociations on retombait souvent sur le prix de départ. Le marché se stabilise tranquillement »,précise celui qui est aussi vice-président du GIE Orpi de Lyon.

Cela n’empêche pas le marché lyonnais de rester extrêmement dynamique. « L’activité est très dense en juillet et même août s’annonce déjà très actif. Il n’y aura peut-être pas de vraie coupure estivale, comme d’habitude, sur la première quinzaine d’août, ce qui là encore est plutôt un bon signe », poursuit Cyril Imsissen.

 

CHASSIEU CONNAÎT UN ELÉGÈRE PROGRESSION DES PRIX À L’IMAGE DE LA MOYENNE DE LA RÉGION LYONNAISE

Traditionnellement à Chassieu, dans l’Est lyonnais, le marché est toujours très actif en juin. Et cette année plus encore. Dans ce secteur apaisé et recherché, où l’on trouve de belles maisons avec parfois de grands jardins, les prix ont augmenté en moyenne de 2 à 3 %.

« Dans notre secteur, il y a peu de primo-accédants. On a senti tout au long du mois de juin que les acquéreurs étaient prêts à dégainer. Ils n’ont pas d’hésitation, quand un bien leur plaît, ils foncent. Ils ont confiance dans le marché », témoigne David Juquel, le responsable de l’agence Orpi DJ Juquel Chassieu Immobilier.

 

VIENNE VOIT LES LYONNAIS ARRIVER EN NOMBRE POUR DE L’INVESTISSEMENT OU DES MAISONS AU VERT

Au sud de Lyon, Vienne connaît elle aussi une augmentation du nombre de transactions ainsi qu’une légère augmentation des prix au m2, également comprise entre 2 et 3%. Très bien connectée à Lyon grâce à sa liaison ferroviaire et l’accès à l’autoroute, la petite ville de l’Isère attire de plus en plus de Lyonnais.

« Ils recherchent soit des appartements proches de la gare pour de l’investissement, car les prix sont devenus un peu fous à Lyon pour les petites surfaces. Soit ils ont envie de se mettre au vert et recherchent de belles maisons dans les alentours, mais jamais très loin de l’entrée d’autoroute », souligne Philippe Copin, le responsable de l’agence Orpi Pierre Olivier Immobilier.

 

À VILLEFRANCHE-SUR-SAÔNE, LES BELLES MAISONS DU SECTEUR OUEST SONT TRÈS RECHERCHÉES

Le marché immobilier de la capitale du Beaujolais connaît un premier semestre dynamique. Pour Cédric Moulin, président du GIE de Lyon et responsable de l’agence Orpi Direct Habitat à Villefranche, « les appartements des années 2000 sont recherchées. Mais ce sont surtout les maisons, de préférence sur le secteur ouest de la ville, qui restent très demandées ».

Comme à Vienne, les Lyonnais arrivent en force à la recherche de belles maisons avec terrains, si possible pas très loin de la sortie d’autoroute qui met Lyon à moins de 30 minutes. C’est pourquoi la partie ouest de Villefranche connaît actuellement une légère augmentation du prix au m2, notamment pour les belles demeures avec de grands terrains.

Tous les signaux sont au vert pour le marché de l’immobilier lyonnais après les deux mois de confinement