Vénissieux offre une grande diversité de biens à des prix très attractifs

Publié le

C’est la ville de la Métropole de Lyon qui connaît la plus importante croissance démographique depuis 10 ans, avec plus de 5 000 nouveaux habitants. Vénissieux récolte les fruits d’une transformation urbaine réussie qui lui permet d’offrir plusieurs visages. Maisons anciennes rénovées et résidences modernes sont aujourd’hui recherchés, notamment en raison de leur prix, comme l’explique Isabelle Thibaud, conseillère immobilier de l’agence Orpi Immobilière du Centre à Vénissieux.

Troisième ville de l’agglomération lyonnaise, avec 65 800 habitants, Vénissieux a longtemps perdu des habitants, en raison de son image de ville de banlieue. Mais la mairie et l’ANRU ont engagé au milieu des années 2000 un grand plan de rénovation urbaine, comprenant notamment la destruction de barres des années 60 dans le quartier des Minguettes, au profit de résidences plus petites et modernes.

Résultat, la ville au passé ouvrier et agricole propose aujourd’hui une palette de biens assez large qui séduit une nouvelle population. Vénissieux a en effet gagné selon l’Insee près de 8% d’habitants supplémentaires en dix ans, plus que toute autre commune de la Métropole de Lyon.

 

ON REDÉCOUVRE VÉNISSIEUX, UNE VILLE SUPRENANTE PROPOSANT DES PRIX ATTRACTIFS

« On redécouvre Vénissieux, qui ne se limite pas qu’aux Minguettes ! C’est une ville surprenante, où l’on se sent dans certains quartiers comme à la campagne, où l’on peut trouver aussi bien une petite maison au calme ou un appartement moderne dans une résidence récente », souligne Isabelle Thibaud, conseillère immobilier de l’agence Orpi Immobilière du Centre à Vénissieux.

Cette nouvelle attractivité a fait montre les prix localement, même s’ils restent en deçà de la moyenne métropolitaine. Mais la fourchette des tarifs est très large sur l’ensemble de la ville : de 900 euros/m2 pour un appartement dans une tour des années 60 à 5 500 euros/m2 pour une maison de ville rénovée avec beau terrain du côté de Parilly.

 

PARILLY-JULES GUESDES DEVIENT LE PROLONGEMENT DE LYON

La grande chance de Vénissieux est d’être reliée à Lyon par le métro D, qui rejoint Bellecour en 20 minutes, et le tram T4 qui serpente dans la ville avant d’aller à Part-Dieu et Charpennes. Les petites maisons autour de la station de métro Parilly, autrefois résidences ouvrières des usines Berliet, sont très prisées, faisant du « petit Parilly » un prolongement du 8e arrondissement de Lyon.

Même engouement le long de l’avenue Jules-Guesdes, qui descend vers la station de métro Gare de Vénissieux, terminus du métro D. Un secteur également très prisé : l’agence Orpi Immobilière du Centre vient de vendre ce T2 de 44 m2, avec balcon et idéalement situé près du métro et du parc, au prix de 149 000 euros (soit 3 400 euros/m2).

 

LE CENTRE DE L’ANCIEN VILLAGE RECHERCHÉ POUR SA CONNECTION DIRECTE AVEC LYON

La place Léon-Sublet est le cœur du vieux village de Vénissieux. C’est un secteur également recherché pour ses commerces, son marché et sa proximité avec la station de métro Gare de Vénissieux, à 5 minutes à pied, qui mène au centre de Lyon.

Alors les maisons sont rares et très prisées. Même si les tarifs restent abordables : cette maison soignée et actuelle de 103 m2, avec jardin de 148 m2, a été vendue par Orpi Immobilière du Centre à 280 000 euros. Un peu plus bas, dans le secteur Charles-Perrault, à deux pas de l’avenue d’Oschatz et de l’hôtel de ville, ce T3 de 65 m2 avec balcon est lui parti à 179 000 euros.

 

DES MAISONS RUE GABRIEL-PÉRI, DES RÉSIDENCES RÉCENTES DANS LE SECTEUR PAUL-LANGEVIN

A l’ouest du vieux centre, le secteur Gabriel-Péri et l’avenue Jean-Cagne symbolisent la diversité de l’offre vénissiane : on y trouve aussi bien des maisons des années 30 que des résidences récentes, sur les rues adjacentes, fruit de la rénovation urbaine. Cette maison de 60 m2, avec garage et terrain de 800 m2 plein Sud, a des airs de résidence de campagne. Si elle nécessitait une grande rénovation, elle a été vendue 340 000 euros par l’agence Orpi Immobilière du Centre.

 

Dans le secteur Paul-Langevin, ce T4 lumineux de 76 m2 avec trois chambres et joli balcon, situé au 5e et dernier étage d’une résidence récente, a lui des airs de roof-top newyorkais. L’agence Orpi Immobilière du Centre vient de le céder pour 169 000 euros, soit à peine 2 225 euros/m2.

 

BEAUCOUP DE RÉSIDENCES RÉCENTES ET MODERNES CONSTRUITES AUX MINGUETTES DEPUIS 2015

Aux Minguettes, plusieurs grandes barres ont laissé place depuis 2015 à des résidences plus modernes, de trois à cinq niveaux maximum, souvent avec des prestations qualitatives. C’est le cas de cette résidence de 2016, située au nord du quartier dans le prolongement de Paul-Langevin. Ce T4 de 81 m2 avec trois chambres, terrasse à vivre de 14 m2 et garage est parti à 193 000 euros (soit 2 383 euros/m2).

 

DES MAISONS DES ANNÉES 30 À 50 AU PIED DU TRAM T4

Plus à l’ouest, le long du boulevard Lénine, on trouve également de nombreuses maisons des années 30 à 50, bénéficiant de terrains au dos. L’avantage, c’est qu’elles sont situées à deux pas du tram T4. Cette maison de 102 m2, avec un jardin clos de 512 m2, vestige d’une époque où Vénissieux était encore une terre agricole, a été cédée 263 000 euros par Orpi Immobilière du Centre.

 

Mais les prix baissent à mesure que l’on se rapproche du sud des Minguettes. Sur l’avenue Komarov, ce grand T3 de 68 m2, avec balcon donnant sur une vue imprenable sur la plaine environnante, s’est vendu 110 000 euros, soit 1 618 euros/m2.

 

LE SECTEUR CHARRÉARD ÉGALEMENT PRISÉ POUR SES PETITES MAISONS

A l’est des Minguettes et du boulevard de Jodino, le secteur Charréard est également recherché pour sa proximité avec le vieux village, mais aussi ses petites maisons et ses résidences plus récentes. Orpi Immobilière du Centre propose actuellement à la vente, dans ce quartier recherché, un T6 de 111 m2 (dont 4 chambres) avec 110 m2 de jardin et terrasse. Un bien rare proposé à 299 000 euros avec garage double fermé (https://www.orpi.com/annonce-vente-appartement-t6-venissieux-69200-b-e1o0zp/?agency=idc).

 

LES « MAISONS DES ITALIENS », GRANDES, SOLIDES ET RARES

Plus au sud, à la frontière de Corbas, on arrive dans le secteur dit « des Italiens », qui ont construit au milieu du XXe siècle des maisons grandes (parfois jusqu’à 200 m2) de type plan Favier mais assez solides pour bien résister au temps.

Ce type de bien reste très rare dans le secteur Charréard, où il vaut mieux privilégier les résidences récentes. Dans celle-ci, construite en 2015 dans le secteur Max-Barel, ce T4 au 3e étage sans vis à vis, bénéficiant d’une jolie terrasse à vivre et d’un parking privé, a été vendu 207 000 euros par l’agence Orpi Immobilière du Centre.

Vénissieux offre une grande diversité de biens à des prix très attractifs