Nantes : gratuité des transports le week-end annoncée

Publié le

En attendant l’entrée en vigueur de cette mesure très attendue par les usagers et les commerçants, les tarifs ont été réduits de 20% le 1er janvier.

2021 s’ouvre sous de bons auspices pour les nantais : leur réseau de transports en commun, géré par la Semitan (tram, bus, navibus…), est mois cher. Cette révision tarifaire s’applique depuis le vendredi 1er janvier : dans les faits, elle se traduit par une baisse de 20 % des prix des principales formules d’abonnements avec, à la clé, des gains annuels supérieurs à 100 euros, comme sur le forfait illimité ouvert aux plus de 26 ans dont le montant passe de 616 euros à 492,80 euros.

Pour les jeunes de moins de 26 ans (souvent des étudiants), le tarif diminue de 56 euros, de 53 euros pour les mineurs de 12 à 18 ans, et de – 68 euros pour les seniors de plus de 60 ans. Dans le cadre des formule sur-mesure, le billet valable une heure reste à 1,51 euro, mais la réduction de -20% s’applique dès que le plafond de voyage est atteint.

Cette nouvelle politique, qui vise à développer l’usage des transports collectifs au détriment de l’automobile, est le fruit d’une promesse formulée par Johanna Rolland dans son dernier programme de candidature à la mairie de Nantes, siège auquel elle a été élue au printemps dernier (pour un deuxième mandat). Les baisses de prix entrées en vigueur sont d’autant mieux ressenties qu’elles mettent fin à dix ans de hausses consécutives. Inflation que la municipalité a fini par juger incompatible avec ses ambitions écologiques, dont l’un des volets prioritaires vise à dégonfler les flux polluants issus du trafic routier.

Ces mesures représentent un effort financier pour la métropole estimé 8 millions d’euros, manque-à-gagner qui ne sera pas compensé par des contreparties fiscales, mais par des coupes dans le budget de fonctionnement de la collectivité, assurait Johanna Rolland en juillet dernier lorsque que les élus de l’agglomération ont adopté le projet. Le signal envoyé aux particuliers par la présidente est aussi symbolique : il s’adresse aux nombreux ménages modestes qui associent mécaniquement les réformes écologiques à des mesures « punitives » qui frappent au portefeuille.


Ce n’est pourtant qu’un début : en septembre 2021, la métropole mettra en place une gratuité totale des transports chaque week-end. Une mesure très attendue par les commerçants, violemment heurtés en 2020 par la crise sanitaire.

Contactez-nous Appelez-nous Appeler l'agence