Lyon : une ville prisée, du primo-accédant à l’investisseur locatif

Publié le

Au premier semestre 2016, Orpi, 1er réseau coopératif français d’agences immobilières, analyse les tendances du marché lyonnais.

« Nous tirons un bilan très positif du premier semestre 2016 à Lyon. Le marché est fluide et le volume de ventes se porte bien voire très bien avec une progression de 11,5% comparé à 2015. »
Jean-Christophe Clech – agence Orpi de la Place à Lyon 

Chiffres clés

  • Augmentation des prix de vente de + 1,65 % par rapport à 2015
  • Légère baisse de - 0,5 % des prix au m2 par rapport à 2015
  • Augmentation de 11,5 % du volume des ventes par rapport à 2015
  • Un loyer moyen pour un deux pièces qui s’élève à 600 € en 2016
  • En 2016, le délai de vente moyen est de 81 jours


Un marché qui reste tendu

Le marché lyonnais compte peu d’offres mais beaucoup de demandes. Cela tire les prix vers le haut, d’où une progression de 1,65% sur ce premier semestre 2016. Néanmoins, cette hausse reste essentiellement orientée par les 5 pièces dont le prix a évolué de près de 10% par rapport à l’année passée. Le prix de vente final, tous types de biens confondus, est de 260 000 € en moyenne au premier semestre 2016.

Une demande forte sur les petites et les grandes surfaces

A Lyon, tous les types de biens de vendent. Cependant, il y a un grand écart au niveau de la demande : les petites et les grandes surfaces sont les plus prisées, le 4 pièces étant proportionnellement le moins recherché par les clients acheteurs. Le cœur de métier à Lyon reste cependant les appartements de 2 et 3 pièces.

L’arrivée des « primo-investisseurs »

« Les clients acheteurs ont un profil extrêmement varié, du primo-accédant à l’investisseur locatif. Ces investisseurs ont changé ces derniers temps : il s’agit de plus en plus de « primo-investisseurs ».

Ces acheteurs jeunes aux budgets plus serrés ont une réelle volonté d’investir dans la pierre pour se créer un capital en vue de la retraite. Dans 90% des cas, ces jeunes « primo-investisseurs » achètent des petites surfaces, du studio au T2. » - Jean-Christophe Clech.

Les investisseurs quadragénaires ou quinquagénaires sont toujours présents, ils investissent dans des biens anciens nécessitant des travaux afin de pouvoir défiscaliser. 

« Etre investisseur locatif à Lyon est très intéressant financièrement : les prix à l’achat sont raisonnables et les bailleurs peuvent attendre une bonne rentabilité.

Les acheteurs ont bien conscience que l’immobilier est une valeur refuge, aujourd’hui encore plus qu’hier. » - Jean-Christophe Clech