La vente immobilière est une opération complexe qui exige une connaissance précise des lois qui la régissent et du marché qui en détermine la valeur. Le marché immobilier dépend non seulement de la situation géographique du bien à vendre, mais aussi de la loi inévitable de l'offre et de la demande. La vigilance d'un professionnel s'impose.

Les lois qui régissent la vente immobilière

La loi impose des obligations au vendeur d'un bien immobilier. Notamment, celle d'informer l'acquéreur sur l'état de l'immeuble, de la maison ou du terrain, objet de la vente immobilière : servitudes, bail en cours, règlement de copropriété, procès verbaux des AG, travaux votés, permis de construire en cas de travaux réalisés... Pour garantir le respect de cette obligation d'information sur la superficie et la salubrité du bien, la loi oblige le vendeur à réaliser des diagnostics techniques : métrage loi Carrez, recherche amiante, plomb, termites, risques naturels et technologiques, performances énergétiques?

L'évaluation du prix de la vente immobilière

La connaissance du marché immobilier est nécessaire pour éviter deux écueils : la surévaluation et la sous-évaluation de son bien. Dans le premier cas, les visites risquent d'être rares, les négociations âpres et la vente immobilière retardée ou compromise. Dans le second cas, si la vente est vite conclue, le vendeur sera lésé. Le recours à un professionnel, notaire ou agent immobilier, évite ces écueils. Par la connaissance qu'ils ont du marché, du volume de demandes, des ventes récentes, des méthodes statistiques d'évaluation et de tous les paramètres qui impactent le prix de vente, les agences immobilières comme le réseau Orpi sont aptes à évaluer un bien à sa juste valeur.

La conclusion d'une vente immobilière

Organisées par un agent immobilier, rodé aux techniques de la vente immobilière, apte aussi à identifier l'acquéreur solvable, les visites du bien ont plus de chance d'aboutir rapidement à la conclusion de la vente. La première étape en est la signature du compromis de vente. Le recours à un notaire n'est pas obligatoire, mais conseillé : il est le mieux placé pour rassembler tous les éléments de preuve et pour définir les conditions de la vente. Puis au bout de 3 ou 4 mois, l'acte de vente définitif est signé devant notaire. Dans ce laps de temps, l'acquéreur aura obtenu son financement et le notaire aura procédé à toutes les formalités juridiques et administratives visant à légitimer cette vente.