Paris : un marché dynamique !

Publié le

Au premier semestre 2016, Orpi, 1er réseau coopératif français d’agences immobilières, analyse les tendances du marché parisien.

« Le marché est plutôt dynamique depuis le 1er janvier 2016, notamment grâce aux taux d’intérêts historiquement bas.

Le prix de vente moyen observé pour Paris sur le premier semestre 2016 est de 374 000€. Ce prix est en très légère hausse par rapport à l’année écoulée mais reste peu élevé pour la capitale. En cause : le prix de vente moyen des petites surfaces qui fait baisser la moyenne des prix toutes surfaces confondues. »

Julien Guillaume – agence Orpi Alésia Immobilier à Paris

Chiffres clés

  • Légère augmentation des prix de vente de 0,30 % par rapport à 2015
  • Légère hausse des prix au m2 de 0,5 % par rapport à 2015
  • Augmentation de 6 % du volume des ventes par rapport à 2015 sur la même période
  • Baisse des prix de -2,60 % à la location en 2016
  • En 2016, le délai de vente moyen est de 2 mois ½  


Des petites surfaces idéales pour les primo-accédants et les investisseurs locatifs

Les primo-accédants représentent une proportion importante des clients  parisiens ; ils sont souvent aidés financièrement, notamment par des donations de leur famille. Ils recherchent des biens allant du studio au 2 pièces. Quant aux acquéreurs, ils se tournent plus facilement vers des biens de 30m² en moyenne, dans lesquels ils pourront loger leurs enfants durant leurs études et qu’ils pourront relouer plus tard.

En ce qui concerne les investisseurs locatifs, ils sont toujours présents sur le marché, mais leur profil a changé.

« Il s’agit de plus en plus de parents investissant dans un studio pour les études de leurs enfants, et moins d’investisseurs importants en quête de rentabilité. En effet, les différentes réglementations dont la loi ALUR ont refroidi ces investisseurs qui se montrent plus réticents et pour certains se détournent du placement dans la pierre. »

Des délais de ventes stables et des vendeurs à l’écoute

Les délais de ventes sont stables entre 2015 et 2016, autour de 70/75 jours. Ces durées raisonnables sont le signe d’un marché en bonne santé.

Les offres des vendeurs sont par ailleurs de plus en plus proches des prix du marché :

« Les vendeurs ont entendu le message selon lequel il est dans leur intérêt de mettre tout de suite leur bien en vente au juste prix. Cela a la vertu de redynamiser nettement le marché. »
Julien Guillaume