Immobilier : c'est le moment d'acheter

Publié le

A tous ceux qui se posent la question de savoir si la conjoncture est propice à un achat immobilier, je réponds sans hésitation par l'affirmative. Retarder un projet immobilier est rarement un bon calcul. Car l'acquisition d'un appartement ou d'une maison ne répond pas à une stratégie financière ni à une impulsion mais à un réel besoin, corrélé généralement à un temps fort de la vie (départ du cocon familial, installation en couple, arrivée d'un enfant, mutation professionnelle?).

A tous ceux qui se posent la question de savoir si la conjoncture est propice à un achat immobilier, je réponds sans hésitation par l'affirmative. Retarder un projet immobilier est rarement un bon calcul. Car l'acquisition d'un appartement ou d'une maison ne répond pas à une stratégie financière ni à une impulsion mais à un réel besoin, corrélé généralement à un temps fort de la vie (départ du cocon familial, installation en couple, arrivée d'un enfant, mutation professionnelle...). 

 

Retarder un projet, rarement un bon calcul 

 

Mais, au-delà de ces considérations, aujourd'hui, sur le plan pécuniaire, repousser un achat en pariant sur une hypothétique baisse des prix peut s'avérer contre-productif ! Pourquoi ? Tout simplement parce que ce que vous espérez gagner d'un côté, vous risquez de le perdre de l'autre. En effet, attendre quelques mois vous fera peut être économiser 1 %, 2 % ou 3 % sur votre budget achat - et encore rien n'est mois sûr - mais augmentera plus certainement le coût de votre crédit. La plupart des professionnels estiment que les taux des prêts ont atteint un plancher historique fin 2015 et pourraient augmenter dans le courant de l'année 2016. Or, l'impact d'un demi-point voire d'un point de hausse sur votre financement est loin d'être négligeable. 

 

Ne jamais remettre au lendemain...

 

Exemple : pour 150 000 euros empruntés sur 20 ans, le montant total à rembourser (*) s'élève à 201 564 euros avec un taux à 2,5 %, mais passe à 210 456 euros si le taux prend un demi-point ( taux de 3 %) et à 219 585,60 euros avec un point supplémentaire (taux de 3,5 %). Soit, un surcoût de 8 892 euros dans le premier scénario et de 18 021,60 euros dans le second. 

 

C.Q.F.D. : toute hausse des taux risque de réduire voire d'effacer l'avantage d'une baisse des prix. Un argument qui au final pèse lourd dans la balance, puisque si l'on reprend notre exemple, une hausse des taux des crédits d'un demi-point équivaut à une baisse de prix de l'ordre de 4 à 5 % et un point à une baisse de près de 9 %. De quoi réfléchir à deux fois avant de reporter à demain l'opération que vous pouvez concrétiser aujourd'hui. 

 

Dans cette perspective, pensez à vous rapprocher de votre conseiller immobilier local Orpi. Professionnel de proximité, il mettra toute son expertise au service de votre projet.

 

(*) Simulations réalisées avec un taux d?assurance de 0,36 %.

Sur le même sujet

10 conseils pour acheter un appartement

Pour acheter un appartement dans les meilleures conditions et être sûr de réaliser un bon investissement, de nombreuses choses sont à vérifier et à savoir. Découvrez nos conseils de pro sur le sujet.