Marché immobilier : un début d’année en fanfare

Publié le • Mis à jour le

Soutenu par des niveaux de taux toujours très attractifs, le marché immobilier a affiché une excellente santé au cours du premier trimestre 2018.

Soutenu par des niveaux de taux toujours très attractifs, le marché immobilier a affiché une excellente santé au cours du premier trimestre 2018. Pour Christine Fumagalli, présidente du réseau Orpi, tous les indicateurs sont au vert : « Le volume des ventes maintient sa dynamique dans le prolongement d’une année 2017 exceptionnelle. L’augmentation des prix se poursuit, mais à un rythme modéré dans la plupart des grandes agglomérations, et les délais de vente se situent juste sous la barre des quatre-vingts jours. Des signaux très encourageants pour 2018 », précise-t-elle.

Un marché extrêmement hétéroclite

Mais attention, Paris n’est pas la France ! L’évolution des prix dans la capitale, en progression de 4 % au cours du 1er trimestre 2018, avec des valorisations moyennes au mètre carré dépassant les 9 000 euros, ne doit pas occulter les fortes disparités du marché national. Car si la cote des biens existants continue de s’apprécier à Bordeaux (+ 7 %), Toulouse (+ 7 %), Strasbourg (+ 5 %) ou Lille (+ 3 %), en revanche, sur les trois premiers mois de l’année, ils s’inscrivent en repli à Reims (–4 %), Marseille (– 3 %), Le Havre (– 2,5 %) et Brest (– 1,5 %). En local, l’hétérogénéité de la demande selon les types de biens impacte également l’évolution des prix. Ainsi, à contre-courant du mouvement haussier observé sur Lyon intra-muros (+ 6 %), les logements situés dans les immeubles des années 1970, peu prisés, connaissent plutôt une tendance baissière.

Sur le même sujet

La signature du compromis de vente

Lorsqu'un vendeur et un acheteur se mettent d'accord sur une transaction immobilière, ils signent un compromis de vente, mais à quoi vous …

Vendre et acheter

Vous êtes propriétaire et vous souhaitez changer de logement sans crédit relais ? Votre famille s'agrandit, …