Un logement économe en énergie... C'est bon pour votre patrimoine !

Publié le • Mis à jour le

Entreprendre des travaux de rénovation énergétique peut-il valoriser votre patrimoine immobilier ? La réponse est oui.

Lutter contre le réchauffement climatique en entreprenant des travaux de rénovation énergétique peut-il valoriser votre patrimoine immobilier ? Oui. Chez Orpi, nous en sommes convaincus depuis des années. Raison pour laquelle nous avons signé le premier Green Deal à la française en association avec le ministère du Logement et de l’Habitat durable, sous l’égide du plan « Bâtiment durable ». Au quotidien, nous militons auprès de nos clients, vendeurs, acquéreurs, copropriétaires, locataires et bailleurs, afin de les sensibiliser à la question. Nous vous accompagnons également dans votre projet avec des solutions concrètes pour vous aider à réaliser des travaux.

 

Impact négatif sur les prix

La dernière étude publiée par les notaires de France consacrée à la valeur verte des logements anciens en 2017 nous confirme le bien-fondé de notre engagement. Le constat dressé est sans appel. Un mauvais diagnostic de performance énergétique (DPE) peut faire baisser le prix d’un logement. A contrario, une bonne étiquette énergie est le gage d’une plus-value à la revente. La preuve : en 2017, les maisons anciennes de classe A-B se sont vendues en moyenne de 6 à 14 % plus cher que celles de classe D. Une décote qui augmente avec l’âge de la maison. Ainsi, comparée à une maison en classe D, une étiquette F-G entraîne une baisse de prix de 11 % si la construction a été effectuée entre 1981 et 1991, de 12 % entre 1970 et 1980, de 15 % entre 1948 et 1969, de 17 % entre 1914 et 1947, et de 18 % entre 1850 et 1913.

 

Quid des appartements ?

L’effet des étiquettes énergie est moins significatif sur le marché des appartements que sur celui des maisons. Autre spécificité, l’effet positif d’une bonne étiquette (A-B) est presque toujours plus important que l’effet négatif Iié à une mauvaise étiquette (F-G). En 2017, les appartements anciens de classe A-B se sont vendus en moyenne de 6 à 22 % plus cher que ceux de classe D. Enfin, en Normandie, dans le Centre-Val de Loire et à Paris, l’étiquette énergie n’exerce pas d’influence significative sur les prix. Ce constat pouvant s’expliquer dans la capitale par une tension sur le marché, la demande étant supérieure à l’offre.