Quel prêt pour une opération d’achat-vente ?

Publié le • Mis à jour le

Avant de pouvoir racheter un bien immobilier, il est pratique d’avoir vendu celui dont on est déjà propriétaire. En effet, de cette manière, l’apport est important et il suffit de contracter un prêt classique pour le différentiel de prix entre le bien vendu et le bien acheté. Seulement, dans la réalité, les choses ne se passent pas forcément dans cet ordre, et nombreux ménages souhaitent acheter leur nouvelle résidence, avant d’avoir vendu l’actuelle. Dans ce cas, ils sont souvent obligés de passer par la case « crédit-relais ».

Le crédit-relais, comment ça fonctionne ?

Ce type de crédit immobilier est conçu pour opérer la jonction entre les opérations de vente et d’achat d’un bien immobilier. Le prêt ou crédit-relais consiste pour la banque à prêter aux futurs acquéreurs une somme d’argent, sans attendre la revente du logement dont ils sont déjà propriétaires. Généralement, le montant du prêt se situe à hauteur de 60 à 80 % du bien immobilier à vendre. Il existe plusieurs types de prêts-relais.

Le prêt relais sec

Le prêt relais sec est utilisé dans le cas où l’achat du nouveau bien immobilier peut être financé en intégralité par l’argent obtenu grâce à la vente du bien précédent.


Ex : M et Mme A. souhaitent acquérir une maison au prix de 250 000 euros, frais notariés compris. Ils escomptent vendre leur appartement à ce même prix de 300 000 euros. Dans ce cas, ils peuvent recourir à un prêt relais sec.

Suivant ce principe, il faut que le prix d’achat soit inférieur au prix de la vente. Le délai accordé pour ce prêt est de 6 mois à un an. Cette solution est destinée aux acquéreurs qui ont réussi à amortir le prêt qu’ils ont fait pour l’obtention de leur résidence.
 

Le prêt relais classique

Lorsque le prix du nouveau bien est supérieur à celui de l’ancien, l’acquéreur n’a pas d’autres choix que de prendre un crédit simple à long ou à moyen terme afin de compléter le prix d’achat.


Ex : M et Mme A. souhaitent acquérir une maison au prix de 350 000 euros, frais notariés compris. Ils escomptent vendre leur appartement à ce même prix de 300 000 euros. Dans ce cas, ils peuvent recourir à un prêt relais classique.

Dans ce cas, M et Mme A peuvent contracter un prêt relais qui sera adossé au crédit principal. Jusqu’à ce que l’ancien bien soit vendu, l’emprunteur n’est tenu de ne rembourser que les mensualités du crédit à long terme et les intérêts du prêt relais. Une fois qu’il vend son bien, il devra rembourser par anticipation le prêt relais en une seule fois. Puis, il remboursera ensuite normalement les mensualités du prêt classique.
 

Le prêt relais-rachat

Pour les acquéreurs qui ne peuvent assumer le remboursement de deux mensualités (prêt relais et prêt sur l’ancien bien), il existe un autre dispositif, celui du prêt relais-rachat.


L’emprunteur fait racheter son prêt immobilier en cours (sur l’ancien bien) par un autre établissement, lequel lui propose ensuite un nouveau crédit qui intègre à la fois les mensualités restantes dues pour l’ancien logement et le financement nécessaire au nouveau bien convoité. De cette manière, les emprunteurs ne

remboursent qu’une seule ligne de crédit sous forme d’une mensualité lissée et optimisée en fonction de la revente du bien. Son mode de calcul spécifique permet de ne pas alourdir l’endettement de l’emprunteur, contrairement au prêt relais classique.
 

Sur le même sujet

Pourquoi passer par un agent immobilier pour l'achat d'un bien ?

Lire l'article