Visale, la nouvelle garantie gratuite contre les loyers impayés

Publié le

Depuis le 1er février, un nouveau dispositif baptisé Visale (Visa pour le logement et l'emploi) remplace la Garantie des risques locatifs (GRL). Gratuit, proposé par Action Logement, il garantit aux propriétaires le versement des loyers en cas d?impayé durant les 3 premières années du bail, sans franchise ni carence.

Depuis le 1er février, un nouveau dispositif baptisé Visale (Visa pour le logement et l'emploi) remplace la Garantie des risques locatifs (GRL). Gratuit, proposé par Action Logement, il garantit aux propriétaires le versement des loyers en cas d'impayé durant les 3 premières années du bail, sans franchise ni carence. 

 

Connecter emploi et logement

Pour bénéficier de la caution Visale, le locataire doit en faire la demande sur www.visale.fr. Le logement doit constituer sa résidence principale et le bail ne doit pas avoir déjà été signé. Le locataire doit être salarié du secteur privé et nouvellement embauché (contrat d'une durée minimale d'1 mois). 

  • S'il a plus de 30 ans, il peut prétendre au dispositif quel que soit son contrat de travail (hors CDI confirmé) s'il loue un nouveau logement dans les 3 mois de sa prise de fonction et pendant la durée de son contrat de travail. 
  • S'il a moins de 30 ans, il peut demander à bénéficier de Visale durant les 12 mois suivant sa prise de fonction et pendant la durée de son contrat de travail. 
  • Enfin, est également éligible tout locataire entrant dans un logement locatif privé via un organisme agréé d'intermédiation locative.

Autre condition à remplir par le locataire : la part des revenus qu'il consacre à son loyer (charges comprises) ne doit pas dépasser 50 %, ou être comprise entre 30 % et 50 % pour les moins de 30 ans en CDI ayant terminé leur période d'essai. Enfin, le loyer, charges comprises, ne doit pas excéder 1 500 euros par mois dans Paris intra-muros et 1 300 euros sur le reste du territoire.

 

Attention ! En cas d'impayé, Action logement règle le loyer au bailleur, mais le locataire devra ensuite rembourser sa dette auprès de l'organisme. A défaut, celui-ci mettra en ?uvre les procédures habituelles de recouvrement pouvant aller jusqu'à l'expulsion. 

Sur le même sujet