L'immobilier entre particuliers est une méthode de transaction moins coûteuse, mais parfois au prix de pas mal de maux de tête. Le cadre légal strict, qui vise à protéger propriétaires et locataires des fraudes, implique quelques démarches administratives incontournables.

Les avantages de l'immobilier entre particuliers

L'immobilier entre particuliers permet surtout de ne pas payer de frais d'agence. En effet, toute transaction qui fait appel à un professionnel de l'immobilier suppose des honoraires pour l'agent. Rien de tout cela lorsque vous réalisez une location ou une vente de particulier à particulier. Le bien immobilier est repéré par petites annonces, que ce soit au moyen d'un journal spécialisé, dans les pages immobiliers des quotidiens, ou bien via les sites web d'annonces immobilières. Ensuite, tout se déroule entre le locataire et le propriétaire, y compris les démarches administratives.

Immobilier entre particuliers : attention aux fraudes !

L'immobilier entre particuliers est, dans sa grande majorité, dénué de fraude, mais il convient néanmoins de redoubler de vigilance, car en cas d'arnaque, il sera peut-être trop tard. Attention notamment aux annonces idylliques, dont le prix est largement sous-coté par rapport au marché, et pour lesquelles un propriétaire vous demande de payer avant de signer le bail (souvent via Western Union). Ces méthodes sont illégales : il est interdit de faire payer quoi que ce soit avant la signature du contrat entre les deux parties. Méfiez-vous également des marchands de liste, qui vous proposent une collection de petites annonces entre particuliers soi-disant disponibles et adaptées à vos nécessités. Il arrive que beaucoup de ces appartements aient été retirés du marché depuis longtemps : vous n'aurez personne vers qui vous tourner pour récupérer votre argent.

La loi et l'immobilier entre particuliers

L'immobilier entre particuliers, que ce soit pour une vente ou une location, met parfois aux prises deux personnes novices dans le domaine. Il faut alors faire très attention à ne rien oublier, car le cadre légal est très strict, avant tout pour protéger chacune des parties de possibles fraudes. Pour une location, les formalités administratives obligatoires se composent d'un bail, d'un état des lieux et de reçus liés à la caution et au dépôt de garantie. Le dossier de location, facultatif, est souvent demandé par le propriétaire, et sert à évaluer la solvabilité du locataire. Pour une vente de bien immobilier entre particuliers, il faut réaliser une série de diagnostics permettant d'évaluer les risques environnementaux et les performances énergétiques de la maison ou de l'appartement. Les deux parties doivent ensuite signer une promesse de vente, puis un acte de vente, et s'acquitter des frais de notaire, avant de s'échanger les clés du domicile. Pour être totalement rassuré, mieux vaut toutefois passer par une agence.