La check-list pour réserver votre location saisonnière

Publié le • Mis à jour le

Vous cherchez le logement idéal pour vos prochaines vacances ? 8 conseils pour un séjour réussi en toute saison.

L’offre de location saisonnière en France comme à l’étranger abonde sur le Web. En quelques minutes il est possible de visiter le bien, de le « googleliser », de le situer sur une carte, de lire les avis d’autres locataires… Une apparente facilité qui ne doit cependant pas endormir votre vigilance. 8 bons réflexes à adopter en toutes circonstances.

 

1. Montrez-vous sélectif sur les annonces

L'annonce qui émane d'un agent immobilier offre de meilleures protections en raison de ses compétences professionnelles et de sa garantie financière. Et si vous traitez directement avec un particulier ? Regardez en priorité les annonces qui vous permettent d’entrer en contact avec lui, que ce soit pour demander des renseignements complémentaires ou simplement pour faire connaissance et vous sentir en confiance. Assurez-vous également qu'il réside en France (adresse postale et/ou numéro de téléphone fixe). En cas de litige, vos recours seront ainsi facilités.
À savoir : privilégiez les annonces de location classées « meublés de tourisme ». Ce classement, noté par catégorie de 1 à 5 étoiles selon les prestations du logement, vous garantit un niveau minimum de confort. L’obtention d’un label « Gîtes de France » ou « Clévacances » constitue également un gage de qualité.

 

2. Exigez un descriptif du logement avant de vous décider

Les photographies sont abondantes sur les sites Internet et elles donnent une image souvent flatteuse du logement. Mais elles ne vous informent pas toujours sur son équipement (aspirateur, lave-vaisselle...) ou son environnement (distance du centre-ville, de la plage, nuisances éventuelles...). C'est pourquoi le loueur est tenu de vous communiquer en complément, avant la réservation, un état descriptif complet. Obligatoire, ce document doit comporter un certain nombre d’informations sur la location : situation détaillée, type de bien, description intérieure, équipements (électroménager, TV, hi-fi, internet…). Il doit aussi préciser les conditions de location : loyer, période, heure d’arrivée et de départ, versement d’arrhes ou d’un acompte à la réservation, montant du dépôt de garantie, modalités de paiement des charges… Vous pouvez également y ajouter des informations éventuellement communiquées oralement par le loueur : possibilité de stationnement, proximité des commerces, présence d’une piscine, accès Wi-Fi...
À savoir : ne vous contentez pas du descriptif officiel. Montrez-vous curieux ! Pensez notamment à vous informer sur les modalités annexes de la location. Les animaux sont-ils acceptés ? Nombre maximum de personnes autorisées ? Location fumeur ou non fumeur ? Linge de maison fourni ?

 

3. Réclamez la remise d’un contrat de location

La signature d’un contrat est en principe obligatoire. C’est lui qui fixe les modalités pratiques de la location, son contenu (mobilier et équipements), les dates et heures d’arrivée et de départ, le prix charges incluses ou non, éventuellement la taxe de séjour, le dépôt de garantie…
À savoir : si le site vous permet de réserver en ligne, sachez que vous êtes engagé dès le dernier « clic ». Et attention ! La loi qui accorde un délai de rétractation de 14 jours en cas d'achat à distance ne s'applique pas aux locations de vacances en ligne. En clair, une fois votre réservation confirmée vous êtes définitivement engagé.


 
4. Distinguez arrhes et acompte

L’avance réclamée lors de la réservation correspond en général à 25 % du prix de la location. Il peut s’agir soit d’arrhes soit d’un acompte.

  • Arrhes : si vous annulez, vous ne pourrez pas les récupérer. Le propriétaire sera en droit de les conserver.
  • Acompte : si vous renoncez à la location, le propriétaire pourra éventuellement vous obliger à payer la totalité de la location (sauf cas de force majeure à spécifier dans le contrat).

À savoir : en l’absence d’indication dans le contrat de location, les sommes versées sont considérées comme des arrhes.

 

5. Renseignez-vous sur les conditions d’annulation

Entre la réservation et le début de la location des imprévus peuvent surgir et vous empêcher de partir. Lisez attentivement votre contrat pour savoir ce qu'il prévoit dans ce cas. Perte totale ou partielle de votre avance, obligation de verser le solde sauf relocation, etc.
À savoir : certains sites proposent des assurances annulation. Mais sachez qu'elles ne vous couvriront qu'en cas d'événements graves. Elles n’interviendront pas notamment en cas de changement de projet de vacances.

 

6. Privilégiez les règlements par chèque ou virement 

En revanche, fuyez toute annonce qui vous inviterait à payer par transfert d'argent via Western Union ou Moneygram, par exemple. Ces moyens de paiement sont particulièrement prisés des escrocs et limitent vos recours en cas de problème. 
À savoir : autant que possible, limitez le montant de votre avance à 25 % du prix de la location lors de la réservation. 

 

7. Réalisez un état des lieux et un inventaire

Une formalité indispensable si vous voulez éviter les mauvaises surprises à la restitution des clés. À réaliser en début et en fin de séjour. 

  • L’état des lieux dit d'entrée, effectué dès la remise des clés, est très important, car sans ce document, vous êtes présumé avoir reçu les lieux en bon état et les rendre tels. Résultat, vous pourriez vous voir imputer des dégradations qui existaient avant votre arrivée ! L’état des lieux doit être réalisé en présence du loueur ou de son représentant, en deux exemplaires, chacun signé par les deux parties. Aucune forme n'est prescrite. Inutile de décrire chaque pièce, une simple liste des anomalies éventuelles et qui pourraient vous être reprochées à la sortie suffit : trous de cigarette dans la moquette, fêlure d’un évier, rideau de douche en partie arraché, clé d'armoire manquante… Et n'omettez pas non plus de mentionner toutes les différences que vous pourriez constater avec l'état descriptif adressé au moment de la réservation par le loueur. À savoir : lors de votre départ vous procéderez de même, en établissant un état des lieux de sortie.
  • L'inventaire des lieux loués, mobilier, matériel et ustensiles de cuisine se présente souvent sous la forme d'un document préétabli. Lors de votre arrivée, prenez le temps de vérifier que les informations qu'il contient sont conformes à la réalité (comptez les verres, les couverts, les chaises, les oreillers…) et assurez-vous du bon fonctionnement des appareils (convecteurs électriques, plaques de cuisson, micro-onde, téléviseur…). À défaut, signalez-le sans attendre au propriétaire ou à son représentant.

 

8. Vérifiez l’assurance de votre location saisonnière

Bien qu’elle ne soit pas obligatoire, elle peut malgré tout vous être fort utile. Car, à défaut d’assurance, vous devrez personnellement payer les réparations si vous avez causé des dégradations. Or, ce coût peut être très élevé notamment en cas d’incendie. Relisez votre contrat d’assurance multirisque habitation. Il peut contenir une garantie dite « villégiature », par laquelle votre assurance habitation est étendue à votre location de vacances. Si c’est le cas, consultez les conditions de la garantie.
Et en l’absence d’une garantie « villégiature » ? Demandez à votre assureur une extension de votre assurance multirisque habitation pour la durée de votre location de vacances. Si vous n’êtes pas assuré, vous pouvez également souscrire une assurance spécifique pour la durée de votre location.
À savoir : l’assurance du bailleur peut elle-même couvrir les risques locatifs, liés à l’incendie et aux dégâts des eaux. Dans ce cas, le bail devra le préciser. Attention, vous restez toutefois responsable à l’égard des voisins ou des tiers.
 

 

Sur le même sujet